• Marion Fregeac

D’où je viens, qui je suis et comment j’y suis arrivée...


- Dedié à mon talentueux ami parti trop tôt, Davide -

Je suis une photographe française née et installée à Paris. J’ai vécu a Londres 4 ans, de Juin 2009, à décembre 2013. En Juillet 2013 j’ai démissionné de mon job, parce que j’ai senti qu’il etait temps que je parte à la découverte de moi-meme - et le meilleur moyen qui m’était venu å l’esprit pour ça, était de partir à la découverte de la vie des autres, sur un autre continent et de poursuivre ma carrière de photographe.

Voici comment tout est arrivé…

Tout a vraiment commencé… le Samedi 15 Juin 2013. C’était le jour de mon 32ème anniversaire. Mon ami, grand guitariste italien, Davide, m’a envoyé un message pour me dire qu’il ne pourrait pas venir à mon anniversaire parce qu’il était rentré en Italie, chez lui.

Je voulais savoir pourquoi en espérant qu’il ai peut-être obtenu un contrat là-bas. Mais il m’a répondu qu’il me dirait un autre jour car il ne voulait pas gâcher ma journée. J’aurais jamais pensé… J’ai insisté pour savoir… Et il me l’a annoncé.

On lui avait diagnostiqué un cancer, le multiple myélome. Quel nom barbare… Ma 1ère réaction : tristesse, colère, pourquoi lui? Trop jeune, trop à vivre - injustice.

Quand je me suis réveillée le Dimanche 16 Juin, après une soirée d’anniversaire passée à penser à lui, j’ai pris la décision d’arrêter mes mauvaises habitudes. J’ai fait un point rapide sur ma vie : - 1er constat : je n’étais pas heureuse ; - 2ème constat : je devais la changer.

Ca n’a pas été facile, mais la force et le courage de Davide devant son traitement m’ont empêchée de me plaindre et boostée pour foncer.

- Comment la photographie elle-même est-elle arrivée dans ma vie? -

Ce qui a vraiment résonné en moi était les commentaires de mes amis et de mon père, qui m’ont dit que j’avais “l’oeil”, notamment pour voir ce que les autres ne voyaient pas, et le traduire en une histoire, une image. Motivé par cette idée, mon pere m’a acheté mon premier réflex numérique Canon. J’ai passé jours et soirées a m’entrainer, essayer toutes techniques, et plus, jusqu’a comprendre mon appareil, sans avoir a recourir a des cours onéreux.

Et finalement, tout a vraiment commencé au Richmix, fin 2012, à Shoreditch, Londres. Davide faisait un concert avec Edina. Après le concert il m’a envoyé un message car il m’avait vue avec mon appareil photo et aurait voulu voir les photos… Mais je n’en avais pas prises, j’avais juste filmée un peu, alors j’ai envoyé la video et j’ai promis de prendre des photos la prochaine fois…

1 an après je faisais une expo de mes photos au Richmix, quel drôle de hasard…

A partir de ce jour, j’ai acheté un meilleur appareil, je suis allée à - presque - tous ses concerts. Puis il m’a dit combien il aimait ce que je faisais, l’oeil que j’avais, et m’a donné des ailes.

J’ai passé soirées et week-ends à m’entrainer, j’ai mis sur pause les pubs londoniens pour parfaire ma technique, tester, essayer, apprendre. Seule.

J’ai fait un shooting promo pour Davide et son ami et accordéoniste Maurizio. Le 1er vrai shooting, Terminé à coups de Guns n Roses, de Jack Daniels et de bières… Un vrai shooting. Quelques jour plus tard je lui ai envoyé les photos, et le message qu'il m'a envoyé en retour, rempli de “Wow”, de “Amazing”, bref de tous les superlatifs possible, m’ont donné des larmes de joie, parce qu’il savait que je ferais le maximum pour faire de jolies photos mais elles dépassaient toutes ses attentes. Et vraiment, Davide n’était pas le genre à dire ça juste pour faire plaisir…

Quelques exemples? Ok!

2012 fut une année marquante pour moi, notamment Mai et Decembre - localement et internationalement, ayant eu 2 photos exposées pour la premiere fois, l’une aux Sup

erior Taste Awards a Bruxelles et 2 autres faisant partie d’une exposition parmi d’autres artistes au Rich Mix, a Londres. Et cette meme année ma photo du saxophoniste a été finaliste du concours Metro Journal Paris, puis encore en 2013 pour Time Out Magazine Londres.

J'ai aussi enchainé de nombreux concerts, avec notamment The Temperance Movement, Big Boy Bloater, Vintage Trouble... Ce qui m'a permis de parfaire ma technique en conditions de lumière difficile, mais aussi et surtout de rencontrer des personnes qui m'ont tirée vers le haut en me faisant confiance, ces 2 derniers groupes sont d'ailleurs devenus des amis, grâce à qui je suis ici aujourd'hui, j'en suis certaine! (entre autres!)

A partir du 16 Juin 2013 donc, ma vie a radicalement changé. Jai pris la décision de démissionner, ne pouvant plus supporter le manque d’humanité de la grand entreprise internationale dans laquelle je travaillais et qui clairement était très loin de me rendre heureuse, et surtout je ne voyais pas du tout l’intérêt de passer mes journées à n’apporter absolument rien au monde, si ce n’est les derniers gossips des employés et patrons, ou négocier au point de soutirer le moindre centime aux divers prestataires… Ce monde n’était réellement pas fait pour moi.

Il a suffit d’un trajet d’Eurostar de 2h15 de reflexion alors que je rejoignais ma famille en France à Noirmoutier, d’un mot d’une collègue qui m’a dit de “voir la réalité en face” car je “ne deviendrais jamais photographe”, pour me faire peter un cable et que mon hesitation se transforme en réel et radical changement de vie. J’ai décidé d’agir, et de poursuivre ma vie dans le sens que je souhaitais qu’elle prenne : en vivant mes rêves et en poursuivant ma carrière de photographe a 100% - on pourrait appeler ça une renaissance.

Oui c’est ça, ma 2ème naissance.

Je ne pouvais pas passer d’un job à un autre. J’avais besoin de faire le point. De reprendre confiance en moi, et en l’être humain, après cette mauvaise expérience professionnelle.

Ça captait mal dans la forêt de pins à Noirmoutier. Le 1er matin, mon stress et mon angoisse étaient au maximum : qu’allait penser ma famille d’une telle décision, quitter le monde de l’entreprise pour l’inconnu? Il me fallait un projet, quelque chose que je pourrais faire pour les autres, et pour moi : le meilleur moyen qui m’est venu à l’esprit pour ça, était de partir à la découverte de la vie des autres, sur un autre continent. Et c’est ainsi qu’est né le projet “Hearing the Unheard” (littéralement “Entendre les non-Entendus”) . En 88 jours, j'allais voyager a travers plus de 15 villes américaines, de la Californie jusqu’a Chicago, puis jusqu’a San Fransisco, a la rencontre des mal-entendants et sourds aux Etats-Unis en m’intéressant tout particulièrement à la langue des signes. En voyageant plus de 140h de trains, 15000km et en dormant chez l’habitant. En échange d'un toit et du couvert, j'offrais des photos, et autant de rires et d'histoires que je pouvais.

Oui on m’a dit que j’etais folle pas mal de fois… Et franchement? Je m’en fous. En fait, j'en suis fière.

A Noirmoutier donc, je me suis réveillée, j’ai pleuré, j’ai vomi (oui désolée pour les détails mais je veux que vous compreniez que ca ne s’est pas fait en un claquement de doigts et que l’angoisse de prendre une telle décision peut ne pas plaire aux estomacs…!) Puis j’ai envoyé ma demission, par mail, dans mon coin. Depuis le pin à gauche au fond du jardin parce qu’ailleurs, ca ne captait pas.

Au déjeuner, j’ai décidé, enfin, d'annoncer ma décision à mes parents.

A ma grande surprise et devant l’idée de mon projet, il m’ont répondu qu’ils me soutiendraient : quel soulagement!!!! J’ai pleuré, j’ai vomi (la derniere fois, promis), et puis on a trinqué : mes parents ont ouvert le champagne.

Et voilà, c’est comme ça que tout a commencé. Le 4 Septembre je décollais pour Los Angeles, et un périple incroyable de 3 mois commençait

Davide, lui, suivait mon voyage grace à mon blog, tout en suivant chimio et radiothérapie courageusement… Son dernier message est imprimé dans mon coeur, je l’ai reçu à Nashville, Tennessee, le 18 Octobre 2013. Il me disait qu’il m’aimait beaucoup et me demandais de continuer à le faire voyager avec mes photos.

Davide nous a quittés le 26 Décembre 2013, après s’être battu de toutes ses forces contre ce putain de cancer.

Depuis, chaque faiblesse, chaque obstacle sur mon chemin, je les surpasse, je les dépasse, en puisant ma force dans l’exemple qu’il nous a donné à tous.

Je suis rentrée en France. Je me suis installée dans le 18ème à Paris. On m’a demandé de faire un shooting en studio mais je ne connaissais pas du tout le fonctionnement de l’éclairage studio… J’ai appris. Seule encore une fois, en m’entrainant jour et nuit.

Depuis le 1er Avril 2014 (non c’est pas une blague), je suis photographe indépendante et je suis fière de la tournure que prend ma carrière. J’ai le materiel dont je rêvais, mon home studio, énormément de soutien de la part de mes amis et ma famille… Et surtout : des clients fidèles, de nouvelles demande tout les jours, un agenda bien rempli, un planning de resas qui dépasse toutes mes attentes…

Et le principal : je suis heureuse. Quand je pleure, c’est de stress, de joie, d’emotion… Mais jamais, jamais parce que je suis frustrée de cette vie qui est la mienne.

J’espere que mon histoire peut vous inspirer… Et pour finir je vous invite à cliquer sur mon site www.mamzellebullephoto.com pour avoir un

aperçu de mes photos et qui sait peut être un jour vous aurez besoin de moi! :)


0 vue

 ©2020 Marion Frégeac. Tous droits réservés

Me contacter / mzbparis@gmail.com